Le jour où GOOGLE a lancé un Ad-block

google logoGoogle propose depuis jeudi 20 novembre Contributor, un outil qui permet d’éliminer les publicités en échange du versement de quelques dollars aux éditeurs de sites partenaires concernés…

Mis en place avec dix éditeurs numériques aux Etats-Unis, notamment Mashable, The Onion, Imgur, Urban Dictionary et Wiki How, Contributor peut être activé par n’importe quel éditeur qui utilise le serveur de publicité Display Network de Google.
«C’est un développement positif aussi longtemps que c’est un arrangement équitablement négocié entre Google et les éditeurs», a déclaré à Digiday Jason Kint, PDG de Digital Content Next, un groupe de trading représentant divers médias digitaux. Selon ce site, le système Contributor de Google garantit que les éditeurs auront ainsi leur part du marché pour les annonces cachées auprès des utilisateurs.
Bien qu’il n’aille pas de soi que les internautes, notamment les plus jeunes, soient prêts à payer pour bénéficier d’un tel service de blocage de publicités (assuré par Google lui-même), Digiday estime que le modèle de Spotify, qui est passé de 10 millions d’utilisateurs en mai à 12,5 millions en novembre est encourageant. Il montre que les jeunes internautes sont disposés à s’acquitter d’un abonnement ou d’une petite redevance dès lors qu’un service apporte un réel bénéfice, en termes d’expérience utilisateur, par rapport au piratage.
Contributor pourra concerner tous les éditeurs qui font partie du réseau Display de Google et qui vendent leurs annonces via Double Click Ad Exchange, une plateforme qui permet aux annonceurs d’enchérir sur de l’inventaire publicitaire en temps réel.
Un quart des internautes en France

Google marche ainsi sur le territoire d’Ad Block Plus, un logiciel antipublicité qui bloque les bannières et autres éléments display (pop up…), qui aurait été téléchargé par près du quart des internautes en France. L’utilisateur pourra choisir le message – qui peut être de remerciement – qui appraîtra dans les emplacements à la place des publicités.
En France, le Geste (Groupement des éditeurs de contenus et services en ligne) réfléchit à la façon de contrecarrer les adbloqueurs, qui empêchent la monétisation publicitaire de leurs sites. L’IAB (Interactive Advertising Bureau) étudie aussi d’éventuelles suites juridiques contre les adbloqueurs.
Depuis cet été, les visiteurs du site Lequipe.fr, qui utilisent Ad Block ou Ad Block Plus, sont exposés au message suivant dès lors qu’ils cliquent sur une vidéo: «Lecture non autorisée. L’Equipe.fr est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement.» D’autres messages apparaissent de même sur des sites.
De leur côté, les éditeurs allemands, emmenés par Axel Springer, ont déposé plainte contre la firme Eyeo GMBH, éditeur d’Ad Block Plus.

Source : Stratégies.fr

Graver dans le bois

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :