Et vous à qui achetez-vous vos espaces publicitaires ?

Avec une croissance de 70,5% des investissements entre 2013 et 2014, le programmatique continue sa percée fulgurante au sein du marché publicitaire européen selon les derniers chiffres communiqués par l’IAB. Le marché programmatique aura ainsi pesé près de 3,66 milliards d’euros en 2014.

image1
Evolution des investissements programmatiques par format.  © IAB – IHS

La part du lion revient, encore et toujours, au desktop display un secteur qui a capté près de 2,9 milliards d’euros d’investissements en 2014. C’est donc 39,3% du marché display desktop qui est désormais vendu en programmatique (contre 25,7% en 2013). Sur mobile, le ratio est de 27,3% (en hausse de 10 points) et  de 12,1% sur la vidéo (en hausse de 6 points).

Sans surprise, le mobile et la vidéo sont dorénavant les plus forts relais de croissance du marché programmatique, avec des croissances respectives de 240,2% et 176,6%.

Ces chiffres communiqués par l’IAB sont en ligne avec ceux de l’institut Magna Global qui annonçait que dès 2017, 56% des investissements display en France seraient programmatiques. L’Hexagone fait bonne figure, juste derrière ses voisins hollandais et anglais. Figurant parmi les pionniers en termes d’initiatives premium (La Place Media et ASQ ont fait des petits en Europe) et technologies (le native advertising programmatique y est très fort), la France a toutefois longtemps été à la traîne, la faute à des agence « traditionnelles » pas toujours prêtes à embrasser la révolution et des annonceurs peu éduqués.

Petite surprise, l’Allemagne est à la traîne. Digiday, qui relaie les chiffres de Magna Global, explique que ce retard est à mettre sur le compte d’une relation très forte entre agences et éditeurs. D’autant que parmi ces derniers, peu ont encore ressenti le besoin de se tourner vers ce mode d’achat. Mais les choses changent, en témoigne l’accord noué fin 2013, entre Axel Springer et Google pour intégrer la plateforme d’achat programmatique de ce dernier.

Petit rappel sur le programmatique en se basant sur la vision de Yohann Dupasquier, co-fondateur, Tradelab : « L’achat programmatique est associé au fait d’utiliser un algorithme (une technologie) pour réaliser son achat média digital, en opposition au traditionnel processus impliquant des négociations, des aller retours de plans médias, et des ordres d’insertion manuels. C’est finalement le fait d’utiliser des machines pour acheter de l’espace publicitaire. Le programmatique ne se limite pas au RTB, on trouve également ce qu’on appelle le programmatique direct (plus communément appelé Deal ID), qui correspond au fait de réaliser son achat d’espaces non pas aux enchères mais en disposant d’un inventaire garanti à l’avance, sur des places de marché fermées (contrairement au RTB qui est réalisé sur des places de marché ouvertes) ».

Source de l’article : www.journaldunet.com

Graver dans le bois

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :